Cycle 2

12345...12

Chapitre deux : Dialogue à la belle étoile


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape


Après plusieurs heures de route, S préféra quitter l'autoroute pour s'enfoncer dans le désert. Le Rat s'en étonna, mais avant qu'il se mette à protester face à cette curieuse action, le chasseur de primes lui fit remarquer l'heure tardive et qu'il avait besoin d'un peu de repos. L'ancien ingénieur high-tech se souvint des récents évènements et de la mort soudaine et tragique de la mère de S. Et puis, lui aussi avait besoin de souffler. La Vectra roula péniblement secouant les passagers et l'ordinateur du Rat. Le sol rocailleux et sec n'était pas du tout le terrain de jeu préféré du véhicule.
Au bout d'une dizaine de minutes, S gara sa voiture au milieu de nulle part à défaut d'une meilleure indication, non loin d'un immense rocher dont l'origine semblait très lointaine voire préhistorique songea l'ingénieur. Ce dernier et S rassemblèrent ensuite des branches afin d'allumer un feu de camp. C'était le tout premier pour le Rat. D'ailleurs les derniers jours n'étaient qu'une succession de premières et d'aventures palpitantes comme la fuite et l'attaque dans le snack. À présent, c'était le moment d'émotion, le quart d'heure de réflexion comme dans tous les grands films. Le ciel couchant laissait présager d'une splendide nuit étoilée. Un léger vent frais caressait le visage des trois fugitifs. Autour d'eux la nature offrait un paysage apaisant loin de la fureur de New City 4. Ne manquait à cet instant très cinématographique qu'une chanson de Johnny Cash.
  • Tu es sûr que tu vas bien, demanda le Rat à S ?
  • Oui, curieusement.
  • Comment ça ?
  • Je ne sais pas, quelque chose m'échappe. J'ai failli tuer le gamin chez toi et maintenant tout ça a disparu.
  • C'était normal, c'était l'émotion.
  • Non, il y a quelque chose qui cloche dans tout ça. D'ailleurs toute cette histoire cloche.
  • Sûr. Le gamin est bizarre, ça, j'en conviens.
  • Mais c'est plus que ça ! Tout d'abord, on me confie à moi ce gosse. Puis, il y a ses pouvoirs qui se déclenchent sans prévenir. Les fédéraux sont après nous.
  • Bien sûr que les fédéraux sont après nous. Dès qu'il y a un mauvais coup, ils sont toujours dedans. C'est à eux que ma femme aurait dû s'adresser…
  • Ma mère est morte par ma faute…
  • Ce n'est pas ta faute, dit l'enfant.
Les deux hommes n'avaient pas remarqué que le petit garçon s'était rapproché d'eux. Il regarda S dans les yeux. Son visage reflétait la compassion.
  • Ce n'était pas ta faute, dit l'enfant.
  • Si je ne t'avais pas déposé là-bas, elle serait encore en vie.
  • Elle ne t'en voulait pas.
  • Comment tu sais ça d'abord ? Tu lis aussi les pensées ?
  • Je le sais.
  • Toujours des réponses toutes faites, dit le Rat en levant les mains au ciel en signe de consternement. Il a toujours réponse à tout ce gamin !
  • J'ai pas voulu détruire la maison. C'est l'envoyé des démons qui m'a forcé à le faire. Il est entré dans mon esprit. Ils se servent de lui car je suis comme lui.
  • Quoi, t'es un démon maintenant, questionna le Rat qui recula d'un pas ? Je voudrais pas jouer les rabats joies mais ça commence à me déplaire tout ça. C'est vrai, au début c'est plutôt rigolo. On s'enfuit, on traverse tout le pays, les fédéraux après nous. Après on fait un bazar pas possible dans une aire de repos. Ouais, sûr, c'est cool. Mais si maintenant on se la joue démon et compagnie, moi, je dis stop.
  • La ferme tu veux ! S s'accroupit pour faire face à l'enfant. Tu as parlé de démon, c'était qui ?
  • Je sais pas. Il est juste entré en moi. C'est lui qui a fait explosé la maison, pas moi. Il est plein de haine, de colère. J'ai vu des images horribles. J'ai vu l'enfer, les flammes. Il va tout détruire.
  • Quelqu'un pourrait m'expliquer ! J'y comprends plus rien.
  • Et moi alors, tu crois que j'y comprends quelque chose ? Tu ne l'avais jamais vu avant ? Tu en es sûr ?
  • Il faut continuer sinon il va me retrouver. Il va tout détruire.
  • J'aurais préféré que ce soient les fédéraux.
  • Quoi ? Tu crois quand même pas ces âneries ?
  • Je l'ai vu figer le temps et tout ça est trop étrange.
  • C'est vrai que c'est étrange, mais là, on quitte le domaine du plausible pour entrer dans le n'importe quoi. Aujourd'hui c'est les démons et demain ce sera quoi ? Alien et Prédator ? Surtout préviens-moi quand il dira que c'est Tyranno et ses copains. Tu veux mon avis, on s'éloigne encore un peu et après, on attend que ça se tasse. De toute façon, on peut pas rentrer en ville pour l'instant. Avec le couvre feu et tout le bazar à cause des attentats, on est coincés ici.
  • Regarde-le, l'enfant s'était éloigné et il regardait attentivement le ciel qui commençait à être ponctué d'étoiles. Il a quelque chose, mais quoi ?
  • Tu vas voir, dans cinq minutes, il va dire Téléphone-Maison.
  • Si les fédéraux veulent le retrouver c'est soit qu'il sait quelque chose soit c'est eux qu'ils l'ont fait.
  • Fait ? Tu veux dire avec des éprouvettes et des manipulations à la Frankenstein ? Mais ça explique pas ces pouvoirs télékinésistes ?
  • Télékinésistes ?
  • Oui télékinésistes comme avec le casque. Eh ! J'ai du vocabulaire moi ! J'ai fait des études.
  • Tu crois que c'est possible ?
  • Quoi ? Des manipulations de ce genre ? Peut-être… En tout cas, le gouvernement ne va sûrement pas le crier sur tous les toits si c'est vrai. Par contre, s'il devait perdre le fruit de telles recherches, il chercherait à le retrouver à n'importe quel prix.
  • Demain, on continue d'avancer. Si seulement on pouvait en savoir plus.
  • Euh, S ?
  • Quoi ?
  • Tu y crois, toi, à son histoire de démon ?
  • J'en sais rien. C'est peut-être un effet de ses pouvoirs.
  • Génial… Une dernière chose ?
  • Quoi ?
  • Pourquoi tu me surnommes le Rat ? D'accord, je suis petit et j'ai des lunettes, mais j'ai rien de misérable. Bon, c'est vrai que mes vêtements sont un peu datés, mais à part ça.
  • Tu veux savoir pourquoi ?
  • Ben oui, comme c'est l'heure des confidences, je pense que tu pourrais me le dire.
  • C'est parce que quand je t'ai vu la première fois, tu étais avec des rats.
  • C'est tout ?
  • Ben, tu vivais dans les égouts, je te rappelle.
  • Ah… Merci de ta franchise. Ah, une dernière chose.
  • Quoi ? je voudrais dormir un peu !
  • Je suis désolé pour ta mère.
  • Merci, lui répondit le chasseur après un bref silence, l'émotion et le partage des sentiments n'étaient pas le fort de S.
Le chasseur quitta ses compagnons d'infortune. Le garçon continuait de contempler le ciel, quant au Rat, il se coucha. S n'avait pas envie de dormir. Son esprit était trop confus. Le Rat avait sans doute raison, il fallait redescendre sur terre. Des démons, quelle histoire à dormir debout. Il était évident que le gamin avait des problèmes dans son cerveau. S pouvait encore admettre des pouvoirs télékinétrucs, mais pas des histoires de démons et d'enfer. Le gouvernement avait probablement fait quelque chose à l'enfant et ceux qui le lui avaient confié voulaient sans doute arrêter ces expériences. S en avait vu de belles quand il était dans les forces spéciales, mais jamais avec des enfants. Décidément, ces gens-là ne reculent devant rien, songea-t-il. Le résultat n'est jamais glorieux quand des savants fous croisent des ministres inconscients. Aussi, dès l'aube, ils devaient poursuivre leur chevauchée. Il fallait s'éloigner le plus possible de ce véritable nid de vipères. S savait qu'avec la technologie et les satellites, ils ne pourraient jamais disparaître totalement, mais il avait besoin d'une cachette plus appropriée avant d'essayer d'en savoir davantage. Ses vieux amis de l'armée pourraient peut-être le renseigner. De toute façon, c'était son seul espoir. « Si personne ne peut nous aider, on sera capturés. Ils ont sûrement mis quelqu'un à nos trousses. On a peu de temps, deux jours au mieux. On est vraiment mal barrés » se dit S en esquissant un sourire. Faut bien mourir un jour non et après toutes ses aventures, il s'estimait chanceux. Pourtant, il n'allait pas se laisser faire. Sa mère était morte et il avait bien l'intention de vider un ou deux chargeurs sur celui ou celle responsable de toute cette mystérieuse affaire. Même si ça ne devait rien changer, juste pour soulager.

© Emmanuel Blas





12345...12

Copyright Emmanuel Blas ©. Tous droits réservés. http://www.omnitempus.quelquesraresqualites.frPartenaires : Fleurs de Sakura Manga | Fleurs de Sakura Comics
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
mercredi 9 octobre 2013 - Webmestre : Sylvie Blas