Cycle 3

1...34567...12

Chapitre cinq : La station 


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape


Après deux jours de récupération à Los Temptos, S estima qu'il était temps de faire un tour à Flagstaff. Bien que son ami lui conseillait d'attendre encore un peu, son instinct d'ancien soldat lui dictait de faire au plus vite. Et ce n'était pas le Rat qui le contredirait. Pendant ces deux jours, S et son ancien compagnon d'arme se remémorèrent leurs aventures passées et ils firent aussi le macabre décompte de ceux qui avaient disparu.
  • Alors comme ça vous avez recroisé cette garce d'Erika ?
  • Hélas, oui.
  • Mais comment elle a fait, j'croyais qu'elle s'était fait descendre y a un bail.
  • Elle a la peau dure.
  • Et c'est peu de le dire, renchérit le Rat.
  • En tout cas, elle est toujours aussi chiante !
  • Ça va Al, arrête avec ça.
  • Oh, désolé S, c'est vrai que tu te l'es faite… Désolé, respect.
  • Très marrant. Et mais c'est quoi devant ?
Le paysage avait, il est vrai de quoi surprendre. Après plusieurs heures de route en plein désert arizonien, le long du Grand Canyon, aucun des passagers du vieux pick-up trafiqué d'Al ne s'attendaient à voir un plateau complètement désert. Des centaines de mètres carrés à perte de vue balayés par la poussière avec comme horizon quelques blocs rocheux. Fred arrêta le véhicule et les passagers descendirent.
  • Tu es sûre que c'est ici ?
  • Absolument mon ami. Flagstaff est à quelques kilomètres d'ici. Ils ont installé la base ici, mais c'était il y a des années.
  • Mais qu'est-ce qu'ils sont venus faire ici ?
  • Des recherches sur les extraterrestres, dit le Rat.
  • Des quoi ?
  • Des recherches sur les aliens. J'ai vu ça sur le Net, il y a très longtemps. Au début du XXIe siècle, selon les sources, des météorites seraient venues s'écraser ici. Bien sûr, ça n'a jamais été confirmé officiellement, mais c'est ce que j'ai lu.
  • Et ?
  • Et quoi ?
  • Qu'est-ce qu'il s'est passé après bon sang, demanda S toujours agacé par cette attitude faussement naïve de son ami ?
  • J'en sais rien. Comme je viens de vous le dire, le gouvernement n'a jamais communiqué dessus et même si cette histoire est vraie, je pense bien qu'ils n'ont laissé aucune trace.
  • En tout cas, c'est là où ils étaient. Mais me demande pas quand ils sont partis. Ça, j'en sais rien.
  • Danger, prononça difficilement Fred. Danger.
  • Eh ? Il a quoi ton gamin là ?
Le garçon était debout, en transe, les bras levés à mi-hauteur. Ses lèvres bougeaient, mais aucun son ne sortait de sa bouche comme s'il se parlait à lui-même. Les quatre hommes s'échangèrent des regards inquiets.
  • Non, mais, sérieux là, il a quoi votre gamin ?
  • Tu vois Al, voilà pourquoi les feds veulent le choper.
Brusquement le sol se mit à trembler. Un déchirement se provoqua dans le sol et une énorme plaque de métal en fut projetée, à quelques mètres du groupe. Elle retomba lourdement et l'enfant repris son attitude calme et apaisée. Fred se mit tout de suite à ses côtés comme pour vérifier s'il allait bien.
  • Je crois qu'il nous a trouvé l'ouverture, dit le Rat, en esquissant un sourire à l'adresse d'Al.
Un trou de deux mètres sur deux plongeait droit dans le sol. Parois métalliques et échelle, tout indiquait que l'entrée de la base des fédéraux était sous leurs pieds.
  • J'aime pas les trappes et les échelles comme ça.
  • Pourquoi le Rat, tu vas pas me dire que tu es claustro ? Pas toi quand même !
  • C'est pas ça, c'est que je suis sûr qu'une fois là-dedans on en saura encore moins qu'avant, c'est tout.
  • Pour ce que ça nous coûte.
  • Je veux pas jouer les rabats joies, mais on pourrait peut-être attendre là avec le gamin, c'est peut-être pas la peine qu'on y aille tous ensemble, non ?
  • Et c'est moi le claustro dans l'histoire ?
  • Ça va la ferme le Rat, non, non, on y va tous ensemble point barre, conclut S.
Al n'insista pas d'autant que Fred le dévisageait tout comme l'enfant. Il fit mine d'approuver. Ils descendirent immédiatement. Évidemment, il faisait noir et une fois en bas de l'échelle, le Rat leur fit remarquer qu'ils n'avaient pas de source lumineuse.
  • Vous pensez bien qu'ils n'ont pas laissé la lumière pour les petits curieux qui voudraient visiter plus tard. Faut pas déconner quand même.
Constatant que sa plaisanterie ne rencontra pas d'écho, il ne poursuivit pas. L'enfant, après cet interlude, écarta les doigts de ses mains avant que celles-ci ne se mettent à rayonner éclairant ainsi tout le tunnel.
  • Pas mal le coup de la lampe humaine. Comme quoi, on devrait toujours avoir sur soi un…
  • Le Rat !
  • Oui, je sais, je sais…
Un couloir circulaire faisait suite à l'échelle. Aucun signe particulier sur la paroi, ni inscription, ni interrupteur, ni piège caché. Le Rat voulut faire d'autres remarques, mais il estima que ce n'était pas le moment. D'ailleurs ces derniers temps, c'était rarement le moment. Après quelques minutes à avancer dans l'obscurité, le groupe aperçut, grâce à la lumière émise par l'enfant, une grande salle, au bout du couloir. Ils accélérèrent. Une fois à l'intérieur de celle-ci, sans avoir pris d'éventuelles précautions, ils purent voir qu'un immense tableau de contrôle s'y trouvait. Accompagnée par quelques chaises et des panneaux lumineux éteints, une grande vitre surplombait les commandes.
  • Mais c'est quoi cette salle, demanda Al ?
  • Probablement un poste de contrôle ou de surveillance vu qu'on est à côté de la sortie. Si seulement on pouvait voir ce qu'il y a de l'autre côté de cette vitre, dit le Rat.
À peine eut-il le temps de finir sa phrase que l'enfant rentra à nouveau en transe. Ses mains brillèrent davantage. Les quatre hommes s'écartèrent. Et au bout de quelques instants, la salle qui se trouvait derrière la vitre s'éclaircit à son tour. En fait, la salle où ils se trouvaient offrait un large panorama sur tout un ensemble de bureaux et de laboratoires. Le Rat avait raison, il s'agissait effectivement d'une salle de contrôle, mais elle contrôlait en fait un gigantesque centre de recherches. Bien sûr, tout était désert. Il ne restait plus personnes, mais la taille du complexe associée aux marques sur les murs et quelques restes d'installations scientifiques permettaient aisément de se représenter l'importance de l'activité qui devait y régner il y a quelques années.
  • Eh, beh. Là, on a touché le jackpot !
  • T'emballe pas trop vite Rat, ce n'est qu'un centre de recherches. Et je ne vois pas trop ce qu'on peut en faire.
  • En tout cas, c'est une sacrée bonne planque, dit Al.
  • On va fouiller tout ça, on trouvera peut-être quelque chose.
  • Mais vous cherchez quoi exactement.
  • Je sais pas encore Al, mais je suis sûr que si on est ici, ce n'est pas par hasard. Tout est lié, le gamin, les extraterrestres et tout le reste.
  • N'empêche qu'Al a raison. On cherche quoi exactement ? Car, ça m'étonnerait qu'ils aient laissé un film ou une vidéo qui explique ce qu'ils faisaient. Ils ont tout emporté. À mon avis, on trouvera rien.
  • Tu as emmené ton portable avec toi ?
  • Ouais.
  • Eh bien branche-le à la console et trouve quelque chose.
  • Euh, S. Y a plus de jus ici, t'as pas remarqué ?
  • Je peux le faire aussi, déclara l'enfant enthousiaste, comme s'il était fier de pouvoir rendre ce service.
  • Pardon, j'oubliais qu'il pouvait aussi faire centrale électrique. La prochaine fois que je pars en vacances, je t'emmène avec moi, ok petit ?
  • Prépare tout ça, Fred et moi, on retourne dans le pick-up chercher vos affaires.
Les deux hommes repartirent, guidés par une lumière créée par l'enfant. Pendant ce temps S et le Rat contemplèrent le complexe du haut du poste de contrôle. Que pouvait-il contenir comme informations ? En contenait-il seulement encore ? Pourquoi étaient-ils partis ? S, qui avait cherché en vain une indication depuis ces derniers jours, trouvait dans ce complexe une nouvelle piste. Et sans en avoir la moindre preuve, il était sûr au fond de lui que c'était une piste fiable et qui allait lui servir pour comprendre et retrouver le responsable de toute cette merde. Il avait toujours des comptes à rendre et ce rebondissement venait de lui rendre toute sa détermination.



1...34567...12

Copyright Emmanuel Blas ©. Tous droits réservés. http://www.omnitempus.quelquesraresqualites.frPartenaires : Fleurs de Sakura Manga | Fleurs de Sakura Comics
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
mercredi 9 octobre 2013 - Webmestre : Sylvie Blas