Cycle 4

1...34567...11

Chapitre cinq : L'Abîme (4e partie) 


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape


L'alien télépathe du nom de Messayah qui dirigeait l'armée extraterrestre qui venait d'attaquer la Terre se tenait devant l'enfant. Il essayait en vain d'entrer dans l'esprit de son prisonnier. Un bloc impossible à fissurer. Comment un être si petit, si fragile et à l'apparence si inoffensive pouvait être capable d'une telle force ? Mais le plus étrange était le reste. Les partenaires de l'enfant n'avaient pas cédé. Il les avait pourtant poussés à bout, les transformant en bêtes enragées et désespérées. Il les avait fait revivre les pires moments de leurs misérables vies d'êtres humains et aucun des trois n'avait franchi la ligne jaune. Le garçon était toujours en vie. Messayah n'osait le dire, mais il était impressionné.
  • Vous devriez retourner d'où vous venez, lui dit l'enfant.
  • Quoi, peina l'extraterrestre, complètement désorienté, l'enfant semblait lire ses pensées à lui ? Cela ne pouvait être vrai.
  • Je le peux et vous allez trouver ça drôle, mais vous avez agi comme un humain. Vous avez voulu nous corrompre, nous détruire de l'intérieur. Votre démarche était prévisible, comme peuvent l'être les hommes.
  • Tu sembles bien cynique pour un enfant, répondit Messayah dont la réponse de l'enfant redonnait confiance.
  • Je sais ce que vous voulez.
  • Et je vois que tu connais aussi bien la nature humaine. C'est vrai que tu as pu l'apprécier à sa juste valeur. Tu peux les remercier. Leur création est quasi-parfaite. Car, et excuse-moi pour cette remarque, tu n'es qu'une créature.
Il y eut un long silence. La prairie qui servait de décor psychique fut traversé par une bise glaciale. L'enfant qui avait jadis croisé Bacchus dans cet endroit retiré de tout fixa son interlocuteur. Celui-ci qui ne disposait pas de visage pour exprimer ses émotions jubilait intérieurement. Il avait trouvé la faille. Il aurait dû s'en prendre plus tôt à l'enfant.
  • Tu trouves mon plan humain, mais ta réaction est aussi humaine, non ? Tu viens de comprendre et de réaliser la futilité de ton combat. Ils t'ont créé, ils se sont servis de toi et c'est encore à toi de les sauver. Mais tu sais très bien comment cela va finir pour toi. Ils te tueront tout de suite après.
L'enfant ne bronchait pas, il se contentait de fixer droit devant lui l'alien qui continuait de répandre son poison dans l'esprit de sa proie.
  • Tu l'as dit toi-même, les humains sont prévisibles. Tu connais leur histoire et leur nature. Ce qu'ils ne connaissent pas, ils le détruisent, sans le moindre remords. Leur passé est rempli de héros qu'ils ont tué juste après leur victoire. Ils te détesteront pour m'avoir détruit. Tu ne trouves pas cela ironique, non ? Ta force ne sera qu'un triste reflet. Un triste reflet de leur propre médiocrité et impuissance. Ils auront peur de toi et pour ça, ils t'arrêteront. Au mieux, tu finiras comme Bacchus, enchaîné des années et drogué. Au pire, ils se serviront de toi comme cobaye, mais après tout, tu sais ce que c'est, non ?
L'enfant baissa la tête quelques secondes et respira profondément. Il redressa sa nuque et Messayah constata que les yeux de son ennemi étaient révulsés. Puis, comme attiré par une force invisible et prodigieuse, l'alien fut projeté en arrière. Son enveloppe virevolta quelques secondes avant de se replacer. C'était la première fois qu'un être présent avec lui sur le plan psychique parvenait à l'atteindre physiquement. Messayah avait l'impression d'avoir été violé comme si une puissance supérieure avait pris le pouvoir.
  • Je sais ce que vous voulez, vous voulez cette planète pour le simple plaisir de la posséder. Vous voulez détruire et annihiler chaque cellule de vie.
  • C'est vrai. Et pourquoi veux-tu m'en empêcher ? Pour ça ?
Messayah ouvrit une fenêtre holographique sur laquelle défilèrent des images des victimes des catastrophes naturelles provoquées par l'invasion. Des femmes sur un radeau qui tentaient de sauver leurs enfants des inondations. Des secouristes tentant de sauver des victimes des décombres suite à un terrible séisme. Des images des quatre coins du monde. Un vrai zapping de terreur et de larmes.
  • C'est ça que tu veux sauver ? ! Ces êtres misérables, indigne de notre puissance ! Indignes d'exister ! Tu ne vas quand même pas avoir pitié d'eux !
  • Vous voulez détruire et je ne peux pas vous laisser faire.
  • Tu es vraiment naïf. Tu crois pouvoir réussir, seul ? Tu crois que je vais te laisser faire ? J'ai été patient, mais je te préviens. Ce combat est perdu d'avance. Tu devrais accepter mon aide. Deviens mon allié, reprends ta liberté, venge toi des hommes qui t'ont créé et se sont servis de toi. Car, contre mon armée, tu n'as aucune chance. Tu es seul, réfléchis.
  • C'est toi qui es seul !
Messayah se retourna et ce qu'il vit dépassait l'entendement. S marchait dans la prairie verdoyante du plan psychique et il se rapprochait de lui. Sa démarche était déterminée. Son arme à la main, il avançait à grandes enjambées. Quelque chose était en train de se produire. Messayah essaya de couper le lien psychique pour revenir sur le plan réel à l'intérieur du vaisseau amiral, mais il ne parvenait pas à quitter la prairie. S tira sur l'alien qui fut, une nouvelle fois, projeté en arrière.
  • Coucou mon gros, wie getzt ?
Le Rat frappa avec son poing l'alien qui n'avait pas vu surgir l'humain. L'ombre extraterrestre tomba et se releva lentement. D'abord S, puis l'ami de celui-ci. Comment l'enfant avait-il réussi à les faire revenir sur cette semi-réalité. Personne ne pouvait agir de la sorte, c'était impossible.
  • Dès l'instant où tu nous as enlevés, j'ai su ce que tu comptais faire Messayah. Tu ne pouvais pas gagner. Tu oublies que j'ai des cellules de ta race dans mon corps. Tes attaques ne peuvent m'atteindre. Il me suffisait de protéger mes amis.
  • Pas toucher à l'enfant, dit Fred qui vint à son tour frapper l'extraterrestre.
Fred décocha un superbe uppercut à l'extraterrestre. Désormais, celui-ci était seul face à quatre redoutables adversaires et toujours pas moyen de sortir de cette prison psychique verdoyante.
  • Ce combat est vain et vous le savez ! Ici, rien n'est réel et même si vous me frappez…
S tira à nouveau.
  • Peut-être, mais ça soulage, dit le chasseur de primes en souriant.
  • Soit ! Mais c'est déjà trop tard. L'invasion a déjà commencé ! Regardez par vous-mêmes.
Messayah réactiva l'écran holographique et refit défiler des images terribles de catastrophes captées dans le monde entier. Paris, Moscou, Shangaï, Le Cap. Des millions d'hommes et de femmes souffraient au même moment.
  • Vous ne pouvez rien y faire, c'est trop tard. Mais pour vous prouver que vous avez définitivement perdu, je vais détruire le vaisseau dans lequel vous vous trouvez !

Le réveil fut brutal. S, le Rat et Fred ainsi que l'enfant se réveillèrent à l'intérieur d'une pièce d'une dizaine de mètres carrés. Ils quittèrent les sièges dans lesquels ils avaient été placés et détachèrent les électrodes que les ombres avaient placées sur leurs fronts.
  • Quelqu'un a une idée d'où on est, demanda le Rat ?
  • Il a parlé de vaisseau, dit S hésitant. Faut sortir d'ici.
A peine eut-il fini sa phrase que Fred tenta de défoncer le bloc métallique qui semblait être la porte, mais il échoua. Le garçon le relaya et fit sauter l'ouverture en causant beaucoup plus de dégâts que Fred si celui-ci avait réussi. Une fois dehors, ils traversèrent un long couloir dont l'extrémité débouchait sur une grande pièce dont le plafond n'était qu'une immense baie vitrée.
  • Regardez ! Ils s'en vont, montra le Rat.
De leur poste d'observation, ils pouvaient voir en effet que les ombres qui se trouvaient dans leur vaisseau s'enfuyaient grâce à des petites navettes d'évacuation.
  • Messayah va détruire ce bâtiment, dit le garçon.
  • Quelqu'un a une idée ?
  • Faut trouver une navette.
  • Et t'as le plan du bâtiment S ?

A des milliers de kilomètres de là, dans l'espace, Messayah, qui était, lui, dans le vaisseau amiral de cette expédition, se remettait péniblement des attaques psychiques de l'enfant. A son réveil, et à sa grande surprise, les coups qu'il avait reçus l'avaient sérieusement affaibli. Ses assistants l'aidèrent à reprendre ses esprits. Il devait néanmoins faire vite et détruire l'enfant. Il ordonna à ses ingénieurs de déplacer le vaisseau et de le positionner non loin du continent américain. La manœuvre prit quelques minutes. Une fois terminée, le commandant en chef des aliens demanda à ses hommes de lancer une attaque contre le navire où se trouvaient le garçon ainsi que ses amis. Ses hommes lui firent remarquer que les ombres présentes dans le navire en question n'avaient pas toutes eu le temps de s'enfuir. Messayah refusa d'attendre. Le vaisseau amiral fit feu à travers l'espace. Le tir déchira l'atmosphère terrestre et fendit le navire alien où se trouvait les trois humains et l'enfant en deux.




1...34567...11

Copyright Emmanuel Blas ©. Tous droits réservés. http://www.omnitempus.quelquesraresqualites.frPartenaires : Fleurs de Sakura Manga | Fleurs de Sakura Comics
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
mercredi 9 octobre 2013 - Webmestre : Sylvie Blas