Cycle 4

1...56789...11

Chapitre sept : Bye-Bye le Malin ! 


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape


Tout se passa comme dans un mauvais blockbuster américain. Ils réussirent, à la dernière minute, à monter à l'intérieur de la dernière navette d'évacuation, le tout au dernier moment. Juste avant que le vaisseau alien n'explose. Incroyable, non ? Evidemment, aucun d'entre eux ne savait piloter ce genre d'engin, même si S essaya de tripoter quelques boutons et autres leviers de commande qui devaient bien sûr servir à quelque chose. Néanmoins, ils n'eurent pas le temps d'en trouver la fonction, le paysage, qui défilait trop vite aux yeux du Rat, leur indiqua assez rapidement d'ailleurs que le crash était proche. L'ingénieur cria de peur et réclama sa maman, maudissant au passage S et ses sept générations d'héritiers. Tout cela n'eut aucune incidence sur l'accident. L'enfant réussit, et c'est là qu'on ressent l'inspiration hollywoodienne, à protéger la navette. Garantissant, si ce n'est la délicatesse, du moins la survie aux quatre rescapés. Et comme dans tout mauvais film, le personnage caricatural prononça une phrase humoristique censée détendre le spectateur une fois sorti de l'engin.
  • J'préfère le train, y a pas à dire !
Réplique à laquelle le héros viril répondit.
  • Ta gueule, au lieu de te plaindre faut trouver où on est !
Réplique qui permet également de rebondir sur la suite de l'intrigue car elle relance les personnages dans l'aventure. Mais ce qu'ignoraient les rescapés, c'est que la situation était plus que dramatique. Rapidement, ils s'aperçurent qu'ils avaient, en fait, atterri en pleine zone de guerre. Les ombres extraterrestres se trouvaient partout dans les rues de la ville et elles combattaient des chars humains avec à leur bord des soldats génétiquement modifiés. Les coups pleuvaient. Des obus explosaient sur les façades des immeubles, projetant de nombreux gravats qui s'abattaient sur les passants qui n'avaient pas eu le temps de se protéger ou qui préféraient filmer les combats avec leurs téléphones portables avant d'envoyer le tout sur le réseau du Net. Ce qui démontre, au passage, que ce n'est pas parce qu'on sait se servir des nouvelles technologies qu'on est forcément intelligent. CQFD.
Malgré le tumulte et fait qu'ils ne savaient plus trop quoi penser, les trois hommes et l'enfant réussirent à s'abriter dans un bâtiment à quelques pâtés de maison de leur atterrissage. Les combats semblaient s'éloigner de la zone car le bruit des explosions se faisait plus lointain. Ce calme relatif permit à S de contempler les alentours avec sa raison comme soutien. Il regarda attentivement les rues et reconnut un des quartiers de New City 4, là où tout avait commencé. Plus précisément, il vit, juste en face de là où il était, les restes du café Majestic de son ami Max. Il hésita à retraverser la rue pour aller trouver ce dernier ou son cadavre, mais il aurait pu se faire repérer par les aliens. Non, il était bien caché, là, alors autant ne pas bouger. Et puis, Max était un malin. Il avait probablement dû s'en sortir à temps, comme toujours.
  • On fait quoi, maintenant, demanda le Rat qui tentait de reprendre son souffle après avoir couru dans les rues dévastées de New City 4 ?
  • Pour l'instant on attend.
  • Mais on attend quoi bordel ! Qu'ils viennent nous chercher ? Je te signale que c'est la guerre dehors. Et même si boucle d'or a réussi à nous faire sortir de leur vaisseau, ça m'étonnerait qu'il puisse les détruire à lui tout seul.
  • Petit, dit S à l'enfant en se mettant accroupi face à lui, qu'est-ce qu'on fait ? On peut plus s'en aller maintenant. Alors, tu comptes faire quoi ?
L'enfant réfléchit. Le Rat regarda le chasseur de primes avec un regard qui voulait dire « je vais lui en coller une s'il ne se dépêche pas de répondre. » Il se passa une poignée de secondes, puis le garçon répondit :
  • L'onde va bientôt arriver. Quand il réalisera qu'il a été trahi, il se vengera. Sa colère va être terrible et il déclenchera une onde de choc qui détruira tout.
  • Et voilà ! Il recommence ! On est en pleine guerre et il joue aux énigmes ! Mais c'est pas possible ça ! Ouvre les yeux bon sang ! On est foutu ! Et tu voudrais que j'attende les bras croisés ?
  • Tu as une meilleure idée peut-être, ricana S ?
  • Enfant a toujours raison, renchérit Fred.
  • Bon, alors toi d'abord, tu te tais, hein ? Et toi le chasseur de primes, tu ne te moques pas de moi et tertio, j'en ai marre…
Le Rat se mit en tailleur, sur le sol abîmé de la pièce et fit mine de bouder. On n'entendait plus d'explosions. S en profita, accompagné de Fred, pour visiter les lieux et trouver de la nourriture. La guerre, ça creuse toujours.

Dieu était triste. Il regardait son humanité disparaître sous les attaques aliens sans rien pouvoir faire. Intervenir ? Ce serait un signe à toutes les autres divinités du cosmos. Cela leur signifierait que la guerre divine était revenue. Et cela, personne n'en voulait. Provoquer un nouveau Big Bang, hors de question ! C'était pas la première fois, après tout, qu'il allait devoir repartir de zéro. Quand les dinosaures avaient disparu, il avait dû tout reprendre et ce fut bien long avant de voir arriver l'homme. Dommage, pensa-t-il. Finalement, il s'était attaché à ce dernier. Fragile, sensible, capable des pires atrocités comme des plus beaux tableaux. L'homme était intéressant à observer. Il n'était pas trop mécontent de lui. Mais, il fallait se rendre à l'évidence, les aliens étaient beaucoup plus puissants que lui. Au mieux, il y aurait quelques survivants qui seraient utilisés comme cobayes. Sinon, pour le reste, ce serait l'extermination totale.
Et dire qu'il s'était donné tant de mal pour rien. Il s'était même allié avec le Malin. Pas si malin que ça finalement, songea-t-il. A cause de sa paranoïa légendaire, il avait tout fait capoter. Tout était tombé à l'eau. Pourtant, c'était parfait. Utiliser les molécules extraterrestres et des cellules maléfiques pour mettre au point une armée invincible, c'était génial. Mais, ils avaient manqué de temps et en plus l'enfant avait été enlevé au dernier moment. Juste avant de pouvoir développer ses pouvoirs au maximum. Et Dieu en revenait à la terrible question du début de toute cette aventure. Qui avait fait enlever l'enfant ?
Natas Inc.
Ophtimes Data Corporation.
Dieu détestait les anagrammes.
Tout était devant lui et il n'avait rien vu. Il sursauta et se maudit lui-même. Quel idiot il avait été ! Si focalisé sur le plan et son bon déroulement, il en avait oublié un élément clé. Ne jamais faire confiance au Malin. C'était lui qui avait fait enlever l'enfant. Natas pour Satan et Ophtimes pour Mephisto ! El Maligno avait tout prévu depuis de début. Et pourquoi avait-il fait cela ? Simple ! Pour le contrarier uniquement. Dieu avait oublié en route que la raison de vivre du Malin, c'est de le contrarier, de contrecarrer le moindre de ses plans, la moindre de ses ambitions. Et, une fois de plus, il avait réussi. Il avait monté des sociétés bidon, en usant de son anagramme, pour organiser l'enlèvement de l'enfant avant de le confier à S. Et ainsi, tout tombait à l'eau. Mais, le Malin oubliait une chose, c'est que si l'homme disparaissait, il disparaîtrait avec lui. Plus de croyants égal plus de divinités. Quel idiot !
Une fois de plus, Dieu allait devoir intervenir. Une fois de plus, il allait devoir sauver la mise, pas pour lui, mais pour l'homme. Car c'était ce dernier la victime de tout cela. Cruel dilemme en fait car sauver l'homme signifiait également sauver le Malin. Car, il y aura toujours un homme assez bête pour croire au diable et à ses manipulations. Dieu réfléchit alors quelques instants pour penser sereinement à son plan de revanche. Il ne pouvait pas envoyer ses soldats divins se battre contre ceux du Malin. Cela prendrait trop de temps et du temps, il en manquait cruellement. Se déplacer lui-même ? Cela serait un mauvais signe offert aux divinités cosmiques. Elles penseraient qu'il y avait anguille sous roche et cela, Dieu ne pouvait se le permettre. Non, il fallait passer par quelqu'un d'autre. Une personne neutre du point de vue divin, mais suffisamment impliqué pour mettre une pâtée sévère au Malin. Quelqu'un de puissant, prêt à tout pour se venger d'années d'humiliation. Quelqu'un capable d'écraser et de démembrer chaque garde du corps du diable.
Dieu sourit, il avait trouvé. Il se leva de son trône et lança une incantation en vieux hébreux. La phrase achevée, le tonnerre se mit à rugir aux quatre coins du globe. Ce que les hommes et les aliens prirent pour une nouvelle série d'orages liés au réchauffement climatique n'était qu'en fait un coup de pouce divin pour une revanche sanguinaire. Dieu ne fit qu'entrouvrir une porte symbolique vers les enfers pour permettre à un ancien soldat maléfique de retourner là d'où il venait afin qu'il puisse se venger de la personne qui, jadis, le confia aux mains expertes des humains. La porte se referma derrière cet homme qui, sans le savoir, allait servir de bras vengeur de Dieu. Celui-ci jubilait. Il imaginait la réaction de son frère ennemi ainsi que les combats qui allaient se dérouler dans les enfers. Cela prendrait peu de temps car l'ancien soldat maléfique était déterminé. Et avec un peu de chance, il arriverait à débarrasser l'univers d'une de ses plus grandes ordures divines. En cas d'échec, que risquait-il ? De toute façon, l'homme était menacé, alors autant finir en beauté et le tout, sans se salir les mains. Car, même pour se venger, Dieu, comme toutes les divinités, n'aime pas se salir les mains. C'est bien connu….




1...56789...11

Copyright Emmanuel Blas ©. Tous droits réservés. http://www.omnitempus.quelquesraresqualites.frPartenaires : Fleurs de Sakura Manga | Fleurs de Sakura Comics
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
mercredi 9 octobre 2013 - Webmestre : Sylvie Blas