OmniTempia

1234

Essai 2 : Un combat perdu d'avance


Souvenez-vous, lors du cycle 2…

En dessous d'eux, le Rat récupéra l'arme et se tint près de l'enfant en ne sachant pas quoi faire de plus. S criait de rage et de douleur. L'ombre le privait d'air. Complètement aveugle, le chasseur de primes se rapprocha dangereusement de la rambarde, à l'étage, puis, son corps passa au-dessus de celle-ci. La chute fut violente, heureusement l'ombre lui servit de protection. Une fois au sol, l'alien relâcha sa proie qui reprit difficilement son souffle. Le Rat fit feu sur elle, sans effet. L'extraterrestre émit un cri strident, mélange de colère et de douleur. L'enfant profita de l'attaque de l'ingénieur pour avancer. S lui cria de reculer. Le garçon n'obéit pas et il leva ses bras. L'ombre voulut s'attaquer à lui, mais elle fut prise de violents spasmes qui la firent reculer. Elle s'agita dans tous les sens puis quitta la pièce pour aller se cacher quelque part.

  • Génial comme comité d'accueil ! Ces gens là savent recevoir, y a pas à dire, dit le Rat
  • La ferme, répondit S en se dirigeant vers l'enfant.

Ce dernier semblait désorienté, abasourdi, il regardait autour de lui sans véritablement comprendre ce qui se passait. S, qui l'observait depuis le début de leur périple, fut étonné de le voir ainsi. Quelque chose clochait en dehors du fait qu'une ombre venait d'intervenir. Après avoir vérifié l'état de l'enfant, S sortit pour vérifier que leur ennemi avait bel et bien pris la fuite.
  • C'est bon, il est parti.
  • Parti, parti, c'est vite dit, grommela le Rat. Qui te dit qu'il va pas rappliquer avec ses camarades car si ça se trouve, y en a d'autres comme lui prêts à nous sauter dessus. On devrait foutre le camp d'ici.

Le Rat n'avait pas complètement tort songea S. L'ombre les avait repérés et elle pouvait revenir à tout moment, seule ou accompagnée. Ce n'était qu'une question de temps. Ils avaient eu de la chance ce coup-ci, mais cela ne risquait pas de se reproduire. Certes le garçon avait réussi un sacré coup, mais face à une dizaine bestioles de ce genre, il n'y arriverait probablement pas.

  • Tu as raison, on dégage.
  • Tu vois, pour une fois tu admets le rôle primordial que je peux avoir dans cette équipe. Honnêtement, tu ne crois pas qu'on forme une sacrée paire tous les deux, toi les muscles et moi le cerveau, non ?

S fixa l'ingénieur des yeux. Celui-ci comprit au bout de quelques secondes qu'il aurait mieux fait de garder cette remarque pour lui-même. Le Rat remit ses affaires en ordre et quitta les lieux. S resta seul avec le garçon qui n'avait pas montré la moindre émotion depuis l'attaque. Il se tenait debout, bien droit, sans la moindre trace d'angoisse ou d'agressivité. S qui avait connu maintes fois ce genre de situation quand il était soldat savait que l'enfant devait revivre la scène dans sa tête et que son cerveau, pour se protéger, se déconnectait de la réalité afin de mieux gérer le stress. Il ne put s'empêcher de lui parler.
  • On va reprendre la route. Il ne nous fera plus rien.
  • Il va revenir avec d'autres. Ils veulent nous anéantir, tous. Et je dois les arrêter.

Ces mots firent frémir S. Sans le montrer, il se demanda s'il devait croire le petit garçon à la chevelure blonde et au regard bleu au pied de la lettre. Ou alors si celui-ci délirait après tous les récents événements. S ne prolongea pas la conversation et emmena l'enfant dans la Vectra.


A des milliers de kilomètres de là, dans l'espace, un général extraterrestre couronné de gloire et au génie militaire sans commune mesure dans le reste de la galaxie analysait les récents rapports que ses soldats lui envoyaient par télépathie. L'enfant avait été trouvé, mais le guerrier avait failli et la proie avait riposté. Dès la fin de la réception des données, il ordonna l'envoi immédiat de plusieurs soldats sur les lieux. Cette seconde mission, il le savait, n'obtiendrait guère de résultats, mais ils trouveraient peut-être des indices ou des informations complémentaires. De toute façon, rien ne pressait. L'attaque massive de la Terre était désormais dans sa phase finale et plus rien ne pouvait l'arrêter. Des dizaines de vaisseaux spatiaux avaient rejoint le système dit solaire et tous les soldats étaient prêts à se battre. L'armement rudimentaire des terriens ne pourrait pas les stopper. C'était gagné avant même d'avoir commencé. Messayah sourit intérieurement. Soudain, quelqu'un tenta d'entrer en communication télépathique avec lui. Un seul être au monde en était capable en passant directement dans son esprit.

  • Seigneur ?
  • Je vois que tout se prépare selon les plans.
  • Oui maître. L'enfant est certes en fuite, mais nous l'avons repéré.
  • Et ses pouvoirs ?
  • Il en possède certes, mais selon nos dernières estimations, ce clone ne dispose pas de tout le potentiel.
  • En êtes-vous absolument sûr ?
  • Pas encore, c'est pour cela qu'une autre équipe est en route pour tenter d'entrer en contact avec lui et de mieux estimer ses pouvoirs.
  • Vous savez que la réussite de notre attaque dépend de cet enfant. S'il a développé toutes ses fonctions, il peut anéantir toute notre flotte.
  • J'en ai complètement conscience maître. Mais, je crois que ce n'est pas le cas. Ce clone est faible. Il ne devrait pas nous arrêter.
  • Je l'espère pour vous Messayah. L'échec n'est pas permis, vous le savez !

A peine eut-il fini sa phrase que la Conscience suprême, gardienne de la galaxie et dirigeante absolue du monde extraterrestre, rompit le lien télépathique qu'elle avait elle-même créé. Les dés étaient lancés. L'assaut final était proche. Les hommes allaient payer. Leur inconscience et leur fragilité n'étaient plus tolérable. Le prix était cher à payer, mais il n'y avait pas d'autres solutions possibles. L'éradication totale et définitive de cette espèce si dangereuse. Mais, étaient-ils si dangereux ? Non, la Conscience suprême le savait. Ils n'étaient guère plus dangereux que n'importe quelle autre espèce. En fait, leur annihilation n'était que la conséquence d'un  cruel destin ou plutôt d'un lamentable orgueil.

Des millions d'années auparavant, un autre général refusa de se soumettre à ses ordres. Prétextant qu'il avait le droit de s'exprimer et de donner son opinion, il refusa les ordres qu'on lui donna. Aussitôt, la Conscience suprême le déclara " renégat " et il fut banni de l'univers. Du moins, c'est ce que croyait la Conscience suprême. Après des siècles de disparition, le " renégat " fut retrouvé et il avait trouvé refuge dans une fraîche planète, celle que les humains allaient baptiser plus tard la Terre. Devenu une de leurs principales idoles, ou dieu qu'importe le nom, la Conscience suprême décréta " Urgence " le cas du " renégat ". Désormais, la principale priorité de la galaxie devait être l'élimination de cette futile divinité, communément appelée " Dieu ".

Il y eut de nombreuses mises en garde auprès de ce "Dieu ", mais la Conscience suprême n'eut comme réponse que silence et mépris. Aussi, après des siècles de silence et de réflexion, il était temps d'agir. Le châtiment pour avoir désobéi allait être appliqué. L'élimination du traître allait être effective. Mais, les choses se compliquèrent. Avec le temps, le " renégat " avait disparu sur le plan physique pour devenir une entité invisible et d'autant plus forte qu'elle était redoutée par les humains. Cette ultime provocation renforça la détermination de la Conscience suprême dans son intention de mettre à exécution son plan. Mais comment éliminer une divinité ? Simple, en détruisant les fidèles.

C'est ainsi qu'une race extraterrestre prit pour cible la Terre et eut pour but ultime d'éradiquer de la surface du globe la moindre trace de la race humaine. Le général Messayah avait pour but de diriger la campagne. En cas d'échec ? Qu'importe, un autre prendrait sa place et ainsi de suite jusqu'à ce que la race humaine disparaisse définitivement. Ainsi l'avait décidé la Conscience suprême. Ce n'était qu'une question de temps et ce dernier est infini.


1234

Copyright Emmanuel Blas ©. Tous droits réservés. http://www.omnitempus.quelquesraresqualites.frPartenaires : Fleurs de Sakura Manga | Fleurs de Sakura Comics
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
mercredi 9 octobre 2013 - Webmestre : Sylvie Blas